01 84 89 89 84 - Du lundi au vendredi de 9h à 19h | Info Covid-19
01 84 89 89 84 - Du lundi au vendredi de 9h à 19h | Info Covid-19

L’essor de la téléconsultation

Dans ces circonstances sanitaires sans précédentes, liées au Covid-19, le nombre de téléconsultations a augmenté considérablement. Dans son communiqué de presse du 30 mars, l’assurance maladie dénombrait jusqu'à 500 000 téléconsultations en une semaine sur le territoire français. Pour éviter les déplacements et remédier aux délais de consultations trop long, plus de 30 000 médecins libéraux ont digitalisé leurs pratiques médicales (1). Dans ce sens, le gouvernement français sous la responsabilité d’Olivier Véran, met en place un décret pour assouplir les consultations de télémédecine. Ce décret vise à lever l’obligation d’une consultation chez son médecin traitant en présentiel dans les 12 mois précédents. Aussi, pour accompagner les professionnels et les établissements sanitaires et médico-sociaux numériquement dans la lutte contre l’épidémie, le Ministère des Solidarités et de la Santé a établi dans l’urgence un référencement des solutions disponibles permettant de réaliser la télésurveillance, de fluidifier la coordination entre différents professionnels de santé ou de faciliter la gestion d’un établissement.

Qu’est ce que la téléconsultation?

La téléconsultation est une consultation médicale réalisée par tout médecin à distance d’un patient, pouvant être assisté ou non par un autre professionnel de santé. Par écran interposé, votre médecin pourra vous poser des questions afin d'établir son diagnostic en fonction de votre dossier médical.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec divers professionnels de santé. En effet, , en ville comme en établissement de santé, toute profession médicale (médecin généraliste, gynécologues, sage-femme, médecin spécialiste…) peut exercer en téléconsultation. Le recours à une consultation numérique ne dépend pas de la spécialité, du secteur ou du lieu d’exercice du professionnel de santé.

Les enjeux actuels 

En 2020, la crise sanitaire a engendré une forte augmentation du nombre de patients dans les hôpitaux. Dans un but de désengorger les urgences et d’amoindrir les effets de propagation du virus, la mise en place de la téléconsultation a permis de traiter à distance des cas plus bénins.

La téléconsultation s’inscrit dans le plan de lutte contre les déserts médicaux. Aujourd’hui sur le territoire français, on dénombre encore un grand nombre de problèmes liés à un accès difficile aux soins.

La stratégie “Ma santé 2022” propose une vision d’ensemble et des réponses globales aux défis auxquels est confronté le système de santé français. Le contexte étant de déployer la télémédecine par un accompagnement territorial. La télémédecine est désormais reconnue comme un acte médical et est encouragée pour les cibles prioritaires (structures d’exercice coordonné, EHPAD, hôpitaux de proximité…) et l’association d’autres professions de santé dans les territoires.

Les avantages de la téléconsultation

La téléconsultation permet d’éviter des délais de consultation trop long, qui parfois, peuvent inciter au renoncement d’avis de spécialistes. Toutefois, il est important de ne pas négliger l’avis d’un expert qui permettra de déceler rapidement une pathologie. 

Comment prendre rendez-vous?

Vous pouvez vous rendre sur le site Doctolib pour prendre rendez vous avec plus de 60 000 professionnels de santé. La démarche est similaire à la prise de rendez-vous classique. Il vous suffit de vous créer un compte à l’aide de votre adresse e-mail ou de votre numéro de téléphone. Il existe aujourd’hui une dizaine de plateformes qui font les interfaces entre le personnel de santé et les patients. Ces plateformes ont été validées par les autorités compétentes.

Comment se déroule une téléconsultation?

Le médecin envoie un lien de connexion au patient. Il est nécessaire d’avoir un système de visioconférence (ordinateur, smartphone). Le médecin peut ainsi donner des conseils au patient. A l’issue de la consultation, le médecin peut délivrer une ordonnance. Celle-ci peut être envoyée directement à la pharmacie. Le médecin peut déposer l’ordonnance sur la plateforme ou l’envoyer par la poste au patient. 

Les tarifs de la téléconsultation

Le tarif est le même qu’une consultation classique, soit 25€ pour un médecin généraliste et 35€ pour un spécialiste. La téléconsultation est prise en charge par la Sécurité Sociale. Afin de l’encourager, l’assurance maladie prend en charge à 100% cette pratique. Le médecin décide des modalités de paiement qui sont les mêmes que pour une consultation classique : virement bancaire, chèque, paiement en ligne ou application du tiers-payant.

Un changement des pratiques?

Aujourd’hui, la santé est le secteur le moins digitalisé et l’essor du numérique s’est développé pendant la crise.

Pendant la période de la Covid-19, les médecins pronaient la téléconsultation pour des questions de sécurité. Certains médecins admettent aussi avoir découvert la téléconsultation pendant l'épidémie. Cette dernière a amené un changement des pratiques des professionnels de santé en particulier dans le domaine gériatrique. 

Durant la pandémie, 80%  des consultations ont eu lieu dans le parcours de soin, aucune dérive n’a été enregistrée par le gouvernement.

Quels avantages pour les séniors?

A l’heure actuelle, deux seniors sur trois utilisent internet et 66 % des français âgés de 65 à 74 ans utilisent internet pour rechercher des informations de santé.(2) Les services de téléconsultation permettant considérablement d’éviter les déplacements, ils pourraient être une solution pour limiter la propagation du virus au sein de cette tranche de population. En effet, l’OMS nous montre que les personnes âgées sont plus vulnérables au Covid-19.

Ainsi, limiter ses déplacements permettrait de limiter les risques d’exposition à l’épidémie. 

Une réflexion sur le numérique est à envisager, et la télécommunication pourrait en être le principal pilier.


  1. source:  : https://www.lepoint.fr/sante/face-au-coronavirus-le-boom-des-teleconsultations-02-04-2020-2369810_40.php
  2. sources : Observatoire des seniors - CSA, Baromètre TNS Sofres sur les plus de 55 ans et Laboratoire société numérique



Besoin d'aide ?