01 84 89 89 84 - Du lundi au vendredi de 9h à 19h | Info Covid-19

En cas d’hospitalisation, comment gérer le retour à domicile de votre proche?

À la suite d’une hospitalisation, la capacité d’autonomie peut changer. La dépendance liée à l’hospitalisation est définie par une perte fonctionnelle aux activités de base de la vie quotidienne entre l’entrée et la sortie d’hospitalisation.


Quelles sont les aides dont votre proche peut avoir besoin lors de son retour à la maison ?


retour à domicile

L'hospitalisation des personnes âgées comporte des risques tels que l'isolement, l'immobilité, les examens médicaux et les infections. Les changements d'hôpital peuvent entraîner des ajustements médicamenteux, augmentant ainsi les risques d'effets secondaires et de confusion. Il est donc important que les soins hospitaliers ne se prolongent que le temps nécessaire pour permettre une transition vers d'autres formes de soins, comme à domicile ou en établissement spécialisé.

Préparer la sortie d’hôpital

Avant la sortie de l’hôpital, le proche aidant doit pouvoir se préparer aux différentes aides à apporter ou à mettre en place au domicile auprès de la personne aidée. Il s’agit souvent d’un accompagnement du proche dans les activités de la vie quotidienne :

- aides à toilette et habillage, 

- aides au lever et coucher, 

- aides pour manger : préparation et prise des repas, 

- aide à la gestion de la continence fécale et urinaire, 

- aides à la mobilité : transferts, marche et déplacements, 

- aide aux tâches ménagères ou administratives courantes, suivi du traitement médicamenteux.

Objectif retour au domicile

En vue du retour au domicile, la situation et les besoins de la personne âgée ou dépendante doivent être évalués afin d’identifier les aides et ressources nécessaires.

- L’évaluation de la dépendance repose sur les actes fondamentaux de la vie quotidienne tels que se déplacer, se nourrir, s’habiller, se laver, mais aussi sur d’autres facteurs tels que la cohérence des propos, la communication à distance ou encore l’orientation dans l’espace et le temps. 

- La grille AGGIR est un outil qui permet de mesurer le niveau d’autonomie d’une personne âgée ainsi que la prise en charge qui en découle. 

Utilisé par un professionnel formé, elle permet de déterminer la catégorie de GIR qui correspond à la personne aidée (du GIR 6 au GIR 1, vers la catégorie la plus dépendante). Ce niveau de GIR permet d’avoir une idée plus précise de la situation, de l’allocation  personnalisée d’autonomie à percevoir et des aides à mettre en place.


Comment estimer l’importance de la prise en charge à venir et s’y préparer ?

La charge qui pèse sur l’aidant peut être définie selon deux dimensions 

- la charge objective correspond à l’ensemble des tâches effectuées par l’aidant. Elle est liée à la nature de l’aide et au volume horaire de l’aide. 

- la charge subjective correspond au ressenti de l’aidant. Elle comprend les conséquences perçues de l’aide sur les activités et la vie de l’aidant (loisirs, vie familiale…), sa qualité de vie, sa santé, ainsi que sur ses relations avec l’aidé.

charge aidants

Plusieurs facteurs peuvent alourdir la charge ressentie par l’aidant

- la sévérité de la perte d’autonomie. Le fardeau semble encore plus lourd à porter si la dépendance du proche aidé présente une composante psychique en rapport avec une maladie neurodégénérative type Alzheimer ou d'autres pathologies associées.

- la diversité de l’aide apportée ;

- le fait pour l’aidant d’être seul à assurer la majeure partie de l’aide et à être décisionnaire,

- le lien familial et le statut social (la charge est plus lourde si l’aidant est un enfant aidant de la personne âgée, une femme qui travaille avec enfants) 

- le fait d'être encore actif

- le fait d'avoir encore des enfants à charge

Il existe des outils spécifiques destinés à l’aidant afin qu’il puisse évaluer sa charge ressentie ou « fardeau de l’aidant ». La grille de Zarit, par exemple, est un auto-questionnaire à remplir par l’aidant et à remettre aux professionnels qui interviennent à domicile afin qu’ils puissent tenir compte d’un éventuel épuisement de l’aidant.


Qui peut vous accompagner dans la gestion de la sortie d’hospitalisation de votre proche ?

Anticiper la sortie de l’hôpital avec l’aide des équipes hospitalières

Réunir des conditions de retour favorables au domicile implique

- de préparer la sortie de l’hôpital de façon précoce en fonction de l’évolution de l’état de santé de la personne hospitalisée,

- qu’une transmission des informations indispensables à la continuité des soins soit effectuée par l’hôpital auprès du médecin traitant et des professionnels intervenant au domicile,

- de s’assurer, avec le patient et son aidant, de la disponibilité des ressources nécessaires au domicile, en relais de l’hôpital, pour les soins, les aides et la rééducation,

- d’évaluer la disponibilité et les possibilités de l’aidant,

- d’anticiper les aides techniques pour assurer le confort et la sécurité du patient au domicile.

L’aidant ne doit pas hésiter à rencontrer les professionnels hospitaliers et l’assistante sociale de l’établissement avant la sortie du proche pour faire le point sur la situation et bénéficier de conseils et d’orientations.

Différents services et dispositifs peuvent être mis en place au domicile

Nombre de professionnels, dispositifs, structures et services peuvent accompagner l’aidant dans l’organisation du retour à domicile. 

• Le service PRADO (en cours de déploiement) : dans certaines situations médicales ou bien si la personne hospitalisée a plus de 75 ans, l’Assurance Maladie propose un accompagnement personnalisé pour le retour à domicile. 

 Il existe de nombreux dispositifs et programmes d'initiatives locales proposés par les communes, les régions, les départements, les réseaux de soins, etc. Certains dispositifs relèvent plutôt des soins, d'autres du domaine social ou sont mixtes.

  • Les Services d'aide et d'accompagnement à domicile (SAAD) : organisme public ou privé, autorisé par le conseil départemental qui intervient dans les aides aux activités courantes et ordinaires de la vie tels que le ménage, l'entretien du linge, l'aide à la toilette  mais aussi l’aménagement du logement, la pratique d'activité physique, la participation à des activités sociales.
  • Les Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) : interviennent au domicile des patients sur prescription médicale. Ils réunissent des compétences aides-soignantes et infirmières.
  •  Les Services polyvalents d'aide et de soins à domicile (SPASAD) : sur prescription médicale, services qui coordonnent et assurent à la fois les missions d'un SSIAD et celles d'un SAAD.

• Les prestataires de service à domicile : coordination avec les professionnels de santé pour mise en place, suivi, assistance, maintenance au domicile d’équipement et matériel médical mais aussi conseils de professionnels sur différents aspects du maintien au domicile.

• Les portages de repas

• la téléassistance


Pour en savoir plus 

- sur les possibilités locales : annuaire des services d’aide et de soins à domicile : https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/annuaire-services-aide-et-soins-a-domicile

- Dispositifs d’appui à la coordination (DAC) : https://sante.gouv.fr/systeme-de-sante/structures-de-soins/les-dispositifs-d-appui-a-la-coordination-dac

- Le service PRADO : https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/Depliant%20Prado%20personnes%20agees.pdf

- ORKYN CARE : https://www.orkyn.fr

- Les Menus Services : https://www.les-menus-services.com/services-a-domicile

- Lutte contre la dénutrition : https://www.lapicoree.com