01 84 89 89 84 - Du lundi au vendredi de 9h à 19h | Info Covid-19
01 84 89 89 84 - Du lundi au vendredi de 9h à 19h | Info Covid-19

Que faire lorsqu’un proche est atteint de la maladie d’Alzheimer ?

L’un de vos proches vient d’être diagnostiqué de la maladie d’Alzheimer. Après le choc de l’annonce, vous cherchez des conseils pour bien comprendre ce qui vous attend, et anticiper votre accompagnement. Comment la maladie va-t-elle évoluer et comment pouvez-vous vous investir auprès de votre proche pour améliorer son quotidien ?

Que faire lorsqu’un proche est atteint de la maladie d’Alzheimer ?

Qu’est-ce que c’est que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer est une maladie dégénérative qui atteint le cerveau et touche principalement les personnes âgées. On estime qu’en 2020, 3 millions de personnes sont concernées par cette maladie fréquente (malades et aidants) pour plus de 1,2 millions de malades.

C’est une maladie qui connaît plusieurs stades de développement, et qui permet un maintien à domicile pendant de nombreuses années. 60% des malades vivent chez eux ou chez un proche.

Alzheimer n’est pas toujours détecté dans les premiers stades qui peuvent passer inaperçus. Au fur et à mesure du développement des troubles de la mémoire, la maladie devient de plus en plus visible.

On compte sept stades qui permettent de suivre l’évolution de la maladie :

  • Premier stade : la maladie n’est pas encore détectée, aucun signe visible n’est constaté.
  • Stade 2 : quelques trous de mémoire sont observés, mais là encore le plus souvent, il n’y a pas de diagnostic.
  • Stade 3 : les troubles sont généralement repérés par les proches (oubli du nom d’une personne, difficulté à trouver ses mots ou à s’organiser, perte d'objets rangés à un endroit inhabituel …)
  • Stade 4 : cette fois, un médecin va mettre en avant des troubles évidents tels que l’oubli d’événements récents. On peut parfois remarquer des sautes d’humeur également. La vie quotidienne devient plus compliquée.
  • Stade 5 : c’est à ce moment que les troubles du comportement vont se manifester. Le malade a besoin d’aide pour choisir des vêtements adaptés à la situation, il ne se souvient pas de son adresse, ne retrouve pas son chemin.
  • Stade 6 : Les gestes de la vie quotidienne deviennent difficiles pour le malade : il a besoin d’aide pour s’habiller, ou faire sa toilette. Souvent, il ne reconnaît plus sa famille proche.
  • Stade 7 : Le malade décline physiquement, il ne peut plus sourire, il bouge difficilement, c’est le stade ultime.

Pendant toutes ces phases, les proches doivent s’adapter pour améliorer le quotidien du malade, et se préserver. Le comportement du patient peut changer du tout au tout, on ne le reconnaît plus, il ne nous reconnaît pas toujours.

On peut toutefois l’aider en stimulant sa mémoire, en proposant des activités adaptées et en organisant son espace de vie pour prévenir les chutes par exemple.

 Nos conseils pour améliorer le quotidien avec la maladie d’Alzheimer.

Vous pouvez améliorer la vie quotidienne de votre parent en lui proposant des activités adaptées et en organisant son espace de vie.

Côté activités, essayez de stimuler son cerveau en faisant appel à sa mémoire par exemple. Ainsi, vous pouvez imprimer des photos de bons moments passés ensemble et créer un album.

Pourquoi ne pas vous rendre sur vos lieux de vacances, d’événements familiaux pour vous remémorer ces bons moments ?

Ne le mettez pas en difficulté, essayez de lui donner confiance pour l’aider à freiner l’évolution de la maladie d’Alzheimer.

Si vous êtes joueur, des jeux de plateau tels que le scrabble, le Rummikub, le mémo … sont autant d’exercices pour sa mémoire. Dès que possible, demandez aux petits enfants de participer pour que le moment soit festif autant qu’utile.

Les activités artistiques sont aussi une manière pour le malade de s’exprimer, d’extérioriser, cela lui fera du bien au moral : peinture, poterie, broderie, chant … à choisir en fonction du goût et des envies.

Côté équipement, vous pouvez aussi faire en sorte de prévenir une perte totale d’autonomie en évitant les chutes, en choisissant un lit pour personne atteinte d’Alzheimer. 

Un lit Alzheimer par exemple, permettra de sécuriser votre proche tout en lui faisant gagner en autonomie. Ce lit électrique est adaptable en hauteur et à la taille du malade. Comme dans un lit d’hôpital on peut relever le buste, pour s’asseoir. Des barrières de protection empêcheront les chutes nocturnes.

Au fur et à mesure de la perte d’autonomie, divers équipements médicaux pourront améliorer le confort du malade et faciliter la vie de l’aidant.

Une alèse protègera la literie. Vous pouvez faire équiper votre douche d’un siège, à choisir en fonction de la place disponible. Pensez aussi au tapis antidérapant.

Si vous avez besoin de vous absenter régulièrement, ou si vous laissez encore le patient sortir pour une courte balade, un téléphone mobile, équipé d’un GPS et qu’il portera autour du cou, peut-être une bonne solution. Lorsque les troubles viennent d’apparaître, lui laisser de l’autonomie permettra de lui donner confiance et de l’aider à combattre la maladie.

Ainsi, la prise en charge de la maladie d’Alzheimer s’accompagne fort heureusement de beaucoup d’outils, d’équipements médicaux variés et de propositions d’activités qui vont permettre d’améliorer la vie de tous, malades et aidants.


Besoin d'aide ?

Cliquez ici