01 84 89 89 84 - Du lundi au vendredi de 9h à 19h | Info Covid-19
01 84 89 89 84 - Du lundi au vendredi de 9h à 19h | Info Covid-19

Comment organiser le retour à domicile après un accident vasculaire cérébral ?

En France, 60 % de victimes touchées par un accident vasculaire cérébral (AVC) gardent des séquelles neurologiques sur le long ou le moyen terme. Cela entraîne une prise en charge médicalisée. Ces séquelles peuvent être plus ou moins contraignantes en fonction des cas. Le mode de vie d’une personne atteinte d’un AVC ou d’un infarctus et celui de ses proches est donc perturbé. Quoi qu’il arrive, cette situation impose des changements et des adaptations. Ce guide a été conçu pour apprendre à gérer le retour du patient au domicile de la meilleure façon possible.

Quelles précautions prendre lors de la préparation du retour à domicile ?

Après l’hospitalisation du patient, une équipe de professionnels teste ses capacités à s’habiller, à manger, à se laver, à parler, à écrire, etc. Cette étape est essentielle pour assurer un suivi médicalisé adapté, tant à l’hôpital qu’au domicile. Ces derniers lui prescrivent ensuite des traitements ou de la rééducation. Pour vous permettre d’assister à vos rendez-vous, n’hésitez pas à demander à vos proches de vous accompagner. Lors de vos échanges avec vos médecins (orthophonistes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychologues, etc.), demandez-leur quelles tâches peuvent être réalisées en autonomie chez vous. Commencer la rééducation le plus tôt possible vous permettra de parer les séquelles rencontrées à la suite de votre accident vasculaire.

Avant le retour à la maison, prévoyez le matériel dont vous aurez besoin, principalement si vous avez des séquelles physiques ou une perte d’indépendance. En cas de faiblesse musculaire par exemple, équipez-vous d’une canne de marche ou d’un déambulateur pour vous offrir une liberté dans vos mouvements. Acheter une pince de préhension vous aidera à vous habiller, à cuisiner ou à ramasser des objets qui se trouvent au sol. Investissez dans des couverts ergonomiques si vous ne pouvez utiliser qu’une seule main. Cela vous permettra de manger sans l’intervention d’une aide extérieure. Vous pourrez éventuellement avoir besoin d’une éducation thérapeutique (EPT). À cet effet, l’achat ou la location d’un lit médicalisé est un atout indéniable. Sécurisant et confortable, il vous aidera au lever et au coucher grâce à ses nombreuses fonctionnalités comme le réglage de la hauteur. Dans la salle de bain, des objets peuvent également vous simplifier la vie. On compte parmi eux les sièges de douche ou de bain qui vous aideront à rester assis et donc à moins vous fatiguer. Pour information, tous ces objets et dispositifs peuvent être commandés en ligne en seulement quelques clics.

Enfin, si vos proches ne sont pas aussi disponibles que vous l’aimeriez (travail, enfants en bas âge, etc.), et que vous avez un grand besoin d’aide, faites appel à un(e) auxiliaire de vie. Il ou elle vous accompagnera avec gentillesse dans votre vie quotidienne. Si vous devez porter une charge lourde, ce professionnel s’en chargera pour vous. Il s’occupera également des tâches ménagères encore difficiles lors du retour à la maison. En outre, il vous apportera un soutien psychologique précieux et une assistance sanitaire très utile. Cette prise en charge est bénéfique à votre rétablissement et à la prévention d’un second AVC.

Quelles habitudes prendre une fois chez soi ?

À la maison, il est important d’adopter un mode de vie sain. Même si ce n’est pas toujours simple, cela permettra de vous rétablir plus rapidement et de garder le sourire. Optez pour les changements qui vous paraissent le plus accessibles dans cette liste et ajoutez-en petit à petit :

  • Adoptez une alimentation saine : afin de prévenir l’hypertension, baisser votre taux de cholestérol, gagner en énergie et perdre du poids, mangez plus de fruits, de légumes et de légumineuses.
  • Cessez de fumer : dans le but de réduire la quantité de plaque dans vos vaisseaux sanguins. Cette méthode est l’une des plus efficaces pour réduire le risque d’un nouvel AVC.
  • Gérez votre stress : essayez de déterminer l’élément stressant, s’il est physique ou mental par exemple. Parlez-en à votre entourage et à vos médecins. Pour résoudre le problème, écoutez de la musique relaxante, regardez des séries captivantes, promenez-vous aux côtés de vos proches, méditez ou commencez une activité qui vous tient à cœur depuis longtemps. Cela vous aidera à canaliser votre énergie.
  • Restez en activité : si vous le pouvez, pratiquez un sport ou allez faire de la randonnée. Votre cœur a besoin de reprendre un rythme actif et votre cerveau de renouer avec les contacts sociaux.

Ces habitudes saines deviendront des automatismes et permettront à votre maladie et vos séquelles de s’effacer progressivement. En alternant ces nouveaux projets avec votre traitement médical et vos soins quotidiens, vous vous sentirez vite mieux dans votre peau. Bientôt, votre handicap sera derrière vous. À chaque objectif atteint, notez vos progrès dans un journal pour suivre avec aisance l’impact de vos nouvelles résolutions sur votre rétablissement. Et si vous avez des questions, contactez un de nos experts Altivie ou vos médecins afin qu’ils vous guident dans la rééducation de votre accident vasculaire cérébral (AVC).



Besoin d'aide ?

Cliquez ici